Qu’est-ce que la cohabitation dans les relations? Accords et lois

Les recherches du Pew Research Center sur les statistiques de cohabitation montrent qu’un nombre croissant de couples choisissent la cohabitation. Dans certains cas, la cohabitation dans les relations est un moyen de tester la compatibilité avant le mariage. Dans d’autres, c’est une alternative au mariage.

Juridiquement, la cohabitation est une situation différente du mariage. Par conséquent, il est fortement conseillé d’avoir un accord de cohabitation en place pour protéger les deux parties.

Qu’est-ce que la cohabitation dans les relations?

Essentiellement, la cohabitation dans les relations est lorsqu’un couple (mixte ou de même sexe) vit ensemble dans une relation équivalente au mariage. Vous pouvez considérer qu’un couple est dans une relation de cohabitation même s’ils sont tous les deux mariés à d’autres personnes.

En revanche, partager légalement un logement avec quelqu’un n’est pas considéré comme une cohabitation.

La signification de la cohabitation est similaire à un « mariage de fait ».

Actuellement, cependant, il n’y a pas de reconnaissance légale de la cohabitation en Angleterre et au Pays de Galles. Il n’y a qu’une reconnaissance limitée de celui-ci en Ecosse. Des études montrent qu’aux États-Unis également, une distinction importante est faite entre les droits légaux des couples cohabitants et des couples mariés.

Qu’est-ce qu’un exemple de cohabitation?

La cohabitation dans les relations peut se produire en raison de divers facteurs, tels que financiers, pratiques, émotionnels ou logistiques.

Les exemples de cohabitation incluent un couple qui peut choisir de vivre ensemble parce qu’il essaie d’économiser de l’argent ou parce qu’il veut faire passer sa relation au niveau supérieur. Ou un couple peut essayer la cohabitation avant le mariage parce qu’il veut tester s’il doit se marier l’un avec l’autre.

Cohabitation dans les relations et la loi

Si un couple se marie (ou conclut un partenariat civil), la loi fera certaines hypothèses sur leur relation.

En particulier, la loi traitera automatiquement chaque moitié du couple comme le plus proche parent de son conjoint/partenaire civil. Un homme obtient automatiquement les droits parentaux sur tout enfant que porte sa partenaire.

Si, toutefois, un couple est impliqué dans la cohabitation dans des relations, la loi ne peut pas faire et ne fera pas ces hypothèses. Au lieu de cela, il traitera les deux moitiés du couple comme des individus distincts. Le plus proche parent sera le ou les parents de sang les plus proches des couples cohabitants.

De plus, un homme n’aura des droits parentaux automatiques sur l’enfant de sa partenaire que si son nom figure sur l’acte de naissance de l’enfant. Cela a trois implications clés en pensant à la reconnaissance légale de la cohabitation dans les relations:

  1. Un concubin peut se retrouver privé de son mot à dire dans les décisions importantes du vivant de son conjoint.
  2. Un concubin peut constater que son partenaire est privé de son mot à dire dans les décisions importantes concernant son bien-être.
  3. Un concubin n’aura aucun droit de succession par défaut en cas de décès de son partenaire. Dans le cas des hommes, cela inclut les droits de succession sur leurs enfants à moins qu’ils ne soient explicitement nommés sur l’acte de naissance de l’enfant.

Ces questions peuvent être résolues par des accords de cohabitation.

Couple souriant à la banque

Les bases des accords de cohabitation

Tout d’abord, comprenez ce qu’est un accord de cohabitation.

Les accords de cohabitation ne sont essentiellement que des contrats entre deux parties. Ils sont juridiquement contraignants, à condition qu’ils répondent aux critères des contrats valides. En termes simples, les signataires doivent être des adultes donnant leur consentement libre et éclairé au contrat.

En principe, les couples peuvent rédiger leur accord de cohabitation sans faire appel à des avocats. Il est généralement préférable de faire rédiger une convention de cohabitation par des avocats.

Chaque moitié du couple doit avoir son avocat agissant dans leur intérêt en tant que particulier. Cela fournit une preuve convaincante que les deux moitiés du couple ont compris l’accord.

Un accord de cohabitation peut être ce que le couple veut qu’il soit. En général, cependant, il est susceptible de couvrir les points suivants :

  • Propriété des actifs, y compris la propriété, la propriété intellectuelle et les entreprises
  • L’état de vos finances. Cela peut inclure des comptes bancaires conjoints et séparés, des actions, des assurances, des pensions et des dettes.
  • Un enregistrement de qui a payé la caution sur votre maison et ce qu’il advient si vous divisez ou vendez la propriété.
  • Quelle part du loyer ou de l’hypothèque chaque personne paiera-t-elle et, dans le cas des hypothèques, comment cela se traduit-il en capitaux propres ?
  • Qui est responsable de quelles factures du ménage et comment seront-elles payées ?
  • Possession d’animaux de compagnie
  • Droits des proches parents

Les accords de cohabitation ne traitent généralement pas des droits de succession. Cependant, la rédaction d’un contrat de cohabitation peut être une bonne occasion pour un couple de mettre à jour (ou de faire) ses testaments. Celles-ci traiteraient des droits de succession.

Les couples peuvent également avoir besoin de suivre cela en informant les prestataires de services concernés, par exemple les compagnies d’assurance.

Sur cette note, les accords de cohabitation ne prévalent pas nécessairement sur les autres contrats.

Par exemple, si vous souscrivez un contrat de location dont vous êtes « solidairement responsable », vous ne pouvez pas passer outre en concluant un contrat de cohabitation stipulant qu’un seul d’entre vous est responsable.

Au lieu de cela, vous seriez tous les deux responsables envers votre propriétaire pour le loyer. Cependant, vous pouvez faire une réclamation ultérieure contre l’autre pour récupérer l’argent.

Comme tous les contrats, les conventions de cohabitation ne sont utiles que si elles reflètent fidèlement la situation du couple. Cela signifie que ils doivent être automatiquement révisés après toute modification importante.

Il peut s’agir d’événements majeurs de la vie (par exemple, des naissances, des décès et des mariages). Alternativement, il peut s’agir d’événements ayant un impact sur la situation financière d’une personne (par exemple, une promotion).

Il est préférable de revoir périodiquement un contrat de cohabitation, même s’il n’y a pas eu de changements apparents. Des changements mineurs peuvent facilement passer inaperçus, mais ils peuvent avoir un impact significatif. Un thérapeute relationnel peut vous aider à comprendre l’importance de tenir compte des changements dans votre relation.

Pour en savoir plus sur l’évolution de l’amour, regardez cette vidéo :

FAQ

La cohabitation est-elle bonne pour les relations ?

La cohabitation dans les relations peut être bonne pour les relations car elle donne au couple une chance de tester s’il peut faire passer sa relation au niveau supérieur. Ils peuvent tester s’ils peuvent se marier ou partager leur vie.

La différence entre le mariage et la cohabitation est que la cohabitation permet une dissolution plus facile si les deux partenaires trouvent des raisons de mettre fin à la relation. Cela les empêche de se marier s’ils pensent que ce serait une erreur.

Résumé

La cohabitation dans les relations est courante, mais elle n’offre pas aux couples mariés les mêmes droits et protections. Les accords de cohabitation peuvent aider à protéger vos intérêts et les conditions de votre partenariat.

Pour rendre vos accords de cohabitation plus utiles, vous devez les tenir à jour et divulguer les informations qui pourraient être pertinentes pour votre relation actuelle ou future.

Avatar de Delphine

Laisser un commentaire