11 Façons de naviguer avec succès dans les déclencheurs de votre relation

Il est dit dans la Genèse qu’Adam et Eve sont : Ezer K’Negdo — des compagnons qui sont aussi des adversaires/opposés. Une relation primaire est les deux. Comment les moments d’opposition peuvent-ils être magistralement transformés en une intimité plus profonde ? L’habileté à naviguer dans les déclencheurs relationnels émotionnels / physiologiques façonne considérablement la qualité des relations.

Les champs de mines émotionnels nécessitent une superbe pleine conscience, une attention aux effets microcosmiques, internes et interactifs, pour une navigation en toute sécurité ! Les préférences, les besoins et les désirs, conscients et inconscients, peuvent être déclenchés de manière croisée de manière à activer ce que j’aime appeler « duel des systèmes nerveux sympathiques ». Les couples peuvent être enfermés dans des droits de duel et un déclenchement compétitif.

La physiologie de la corégulation est observable et entraînable : nos systèmes limbiques sont des instruments exquis qui nécessitent un étalonnage et un réglage continus. Nous pouvons apprendre à jouer comme des musiciens, en frappant des notes intentionnellement et en collaboration, en écoutant nos co-musiciens, leurs réponses, leurs tonalités et leur timing !

Nous aborderons cela dans cet article, en vous guidant pour reconnaître vos modèles d’activation et ceux de vos partenaires et pour trouver des clés et des pratiques que vous pouvez appliquer pour prévenir, naviguer, réparer et réharmoniser les conflits perturbateurs !

Commençons par une évaluation :

1. Dans quelle mesure votre relation est-elle étroitement liée, sécurisée et durable ?

2. Lorsque votre bien-aimé est blessé ou offensé, comment réagissez-vous ?

3. Que faites-vous de vos blessures et de vos vulnérabilités ?

4. Votre relation est-elle un « havre de paix » pour apporter vos blessures ?

5. Comment l’honnêteté et la vérité fonctionnent-elles dans votre relation principale ?

Lorsque nous sommes déclenchés dans nos schémas de détresse, nous pouvons perdre la tête ; notre gentillesse, notre humour, notre compassion, notre présence, notre patience et notre bienveillance sont interpellés. La défensive, l’évitement et les schémas de représailles sont souvent activés et c’est parti pour la zone de fuite/combat/blâme/honte ! Ces événements de détresse peuvent gâcher une belle soirée ou un petit matin, perturber notre stabilité et notre sentiment de bien-être, et donner un ton difficile qui nécessite une attention et une réparation.

J’ai été marié et divorcé. Je suis très conscient de ce qui peut mal tourner dans une relation et j’ai souvent hésité moi-même ! Parfois, nous apprenons des autres, parfois de l’expérience. Parfois, l’un informe l’autre. En tant que thérapeute de couple et conjugale depuis plus de trente ans, j’ai vu et guidé des couples très fonctionnels qui avaient besoin de mises au point et des couples beaucoup plus dysfonctionnels au bord du divorce. J’ai brûlé et j’ai été brûlé, et j’ai appris quelques choses en les assaisonnant dans la poêle à frire de la romance !

Lorsque nous sommes capables de transformer ces moments fous de co-activation du cerveau limbique en enquête, perspicacité, intégrité et intimité ! ~ nous construisons la sécurité relationnelle, la confiance et la confiance ! Rendre les conflits productifs est la marque d’une relation saine ! Résoudre le moment et rétablir une connexion sécurisée est plus important que de résoudre le problème ou de conduire un agenda. Comme au baseball, le port d’attache doit être sûr, non pas en évitant les conflits mais par des moyens habiles !

Quelles sont les clés et pratiques utiles ?

Sécuriser les conflits, créer ce que j’aime appeler « une culture de la franchise » est un bon début. Si nous avons un processus convenu pour apprendre l’air et partager les griefs, alors nous donnons la permission et les paramètres à nos désaccords, des limites qui, comme dans le sport, créent un territoire juste et fautif, des règles d’engagement et un sentiment général de sécurité.

Commençons par : faire des accords sur la façon d’avoir des combats. Il aide chaque partenaire à déterminer quels sont chacun de vos besoins, signes de détresse, courbes croissantes et clés de maîtrise des conflits.

Nous pouvons commencer par quelques questions pour chaque partenaire :

  1. Lorsque je me sens en colère, contrarié ou déclenché, j’ai besoin de_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

(Espace ? Toucher ? Être entendu ? Être tenu ? Réassurer que vous êtes aimé ? Louer ? Patience ? IL N’Y A PAS DE BIEN OU DE BIEN ICI)

  1. Certains de mes signes de détresse sont _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
  2. Ce que je veux que vous compreniez de moi quand je suis contrarié, c’est _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
  3. Quand je te vois dans ta colère et bouleversée, je me sens _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
  4. Ma plus grande peur en cas de conflit est _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
  5. Ce que je veux que vous sachiez, mais que je ne peux pas dire, c’est _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
  6. Quelque chose que je remarque à votre sujet lorsque vous êtes en colère est _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
  7. Un domaine dans lequel je pourrais utiliser un peu de soutien et de maîtrise est _ _ _ _ _ _ _ _ _
  8. J’avoue, je contribue à nos conflits en _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
  9. D’autres informations utiles que je souhaite partager et dont je me souviens lorsque nous sommes en conflit sont _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Comment pouvons-nous faire en sorte que notre partenaire s’exprime en toute sécurité et exprime des informations potentiellement contradictoires ? Nous pouvons être aimables et les laisser purifier l’air en premier. Laissez l’autre exprimer ses besoins et ses sentiments. Écoutez, soyez curieux, ancrez et régulez votre propre système nerveux* (comment ?), compatissez à leur sort sans personnaliser, défendre, expliquer, décortiquer, réparer ou analyser. C’est la moitié de la bataille. Possédez vos propres contributions au conflit. Admettez et excusez-vous. Attendez et gagnez votre tour !

Plus facile à dire qu’à faire? Qu’est-ce qui vous empêche d’écouter et de comprendre ? Anxieux? Fâché? Défensive? C’est parce que c’est (plus facile à planifier qu’à mettre en œuvre 🙂 Nous apprenons souvent ces compétences grâce à la réparation, à la réconciliation et à la réflexion après le combat !! C’est pourquoi la préparation à la prévention et à la prévention de l’escalade est la clé !!

Comment gérer avec succès les déclencheurs et les griefs :

  1. Remarquez quand vous êtes déclenché et engagez votre curiosité.
  2. Après le lancement de votre histoire par téléphone. Demandez à « purifier l’air » et obtenez d’abord le « consentement à évacuer ». Crédit supplémentaire (meilleur non sarcastique): remerciez votre partenaire de vous avoir déclenché et de vous avoir donné l’occasion d’une véritable guérison profonde et d’intimité. Demandez à votre partenaire s’il peut et s’il est disposé à vous témoigner. S’ils se déclenchent également, suivez d’abord ces étapes séparément, puis revenez ensemble lorsque vous pourrez vous voir après avoir fait votre propre travail.
  3. Fixez un lieu et une heure plutôt qu’un dumping automatique et présomptueux. La plupart des gens (y compris votre conjoint) aiment avoir le choix d’écouter les griefs. Le respect et le timing sont importants dans le processus et les résultats. Et le processus compte ! Les laisser partir en premier (comme dans les orgasmes 🙂 est très gracieux. Nécessite du confinement et de la discipline, pour devenir l’auditeur et le compréhensif que vous recherchez. Donnez ce que vous voulez !
  4. Mieux vaut ne pas aller de l’avant avec persuasion et essayer de répondre à vos besoins jusqu’à ce que vous entendiez la position de votre partenaire à la satisfaction de votre partenaire. La responsabilité n’incombe pas seulement à l’auditeur (c’est-à-dire exigeant un certain type d’écoute) mais aussi à l’orateur. L’empathie est une capacité que nous pouvons développer et demander, volontairement, et non mieux exigée. Énoncez votre plainte ou votre grief comme un besoin positif plutôt que comme une demande ou un droit.
  5. Laissez votre partenaire avoir ses propres déclencheurs, blessures, perceptions et histoires. Prenez du recul et écoutez, sans vous défendre et sans personnaliser ce qui ne vous appartient pas.
  6. Une bonne règle empirique de la théorie de l’attribution : si vous faites une attribution négative à votre partenaire, essayez de voir ce trait en vous-même. Si vous faites une attribution positive à vous-même, voyez cela chez un partenaire. Demandez-vous et demandez à votre partenaire : quels sont les rêves dans ce conflit ?
  7. Identifiez les histoires que vous racontez et leur âge (répétitif). S’il est répétitif, vous pourriez reporter quelque chose de menaces / bouleversements / traumatismes antérieurs.… Prenez du recul pour trouver la signature émotionnelle * C’est du grand art et peut nécessiter un soutien professionnel.
  8. Possédez votre contribution aux cycles entre vous et votre partenaire. Cela désarmera le cycle du tumulte. J’appelle cela « Le pouvoir d’admission ». Reconnaître et s’approprier notre rôle dans le théâtre nous donne du pouvoir, nous fait sortir de la victime et dans l’autorité souveraine de notre propre récit.
  9. « Deeper Dive » Retracez votre histoire jusqu’à ses origines. Quand avez-vous ressenti cela pour la première fois ? Quelle est la chaîne, la séquence que suit ce schéma ? Comment votre sentiment de sécurité et/ou de confiance a-t-il été endommagé là-bas ? Quelles histoires ou croyances se sont formées dans votre identité ? Qu’as-tu ressenti alors ? Que ressentez-vous maintenant en vous souvenant (sensations physiques, émotions, besoins, impulsions)
  10. Soyez témoin de vos projections, de vos transferts de schémas familiers sur votre relation. Respectez son pouvoir. Inclinez-vous devant l’opportunité que la Porte de la Conscience vous présente pour votre croissance. Pardonnez au Messager pendant que vous trouvez et extrayez les gemmes.
  11. Remerciez et reconnaissez votre partenaire pour vous avoir écouté, témoigné et aimé tout au long de votre processus.

Le pardon est Sexy : et le plus tôt sera le mieux ! Des perturbations se produiront : lorsque nous apportons de la curiosité, du respect, de la gentillesse, de la compassion et une volonté d’écouter, de permettre et de pardonner, le conflit s’approfondit en une incroyable intimité, de l’amour, un sentiment de voir et d’être vu et une profondeur de vie qui serait autrement supprimée par l’évitement typique des conflits et la franchise qui peuvent caractériser les relations bloquées.

Il existe de nombreuses façons d’approfondir votre intimité. Ces avenues nécessitent une grande attention, des compétences, du courage et de la volonté. Nous avons ces qualités et pouvons puiser dans ces ressources pour cultiver une culture de franchise ! J’espère que cela a été utile.

Avatar de Delphine

Laisser un commentaire