Quels sont les droits légaux des couples non mariés ?

Vivre ensemble dans une relation à long terme, on a souvent l’impression d’être marié. Même si nous partageons une maison, des finances et faisons tout ce que font les couples mariés, nous pouvons ressentir la même chose lorsqu’il s’agit de la possibilité de Se séparerles concubins se rendent compte que leurs droits légaux sont complètement différents.

Comprendre votre situation juridique concernant le partage du logement familial, vos droits et responsabilités envers vos enfants et d’autres facteurs financiers tels que les pensions, les dettes et les comptes bancaires vous aidera à prendre les meilleures décisions lorsque vous vous séparerez de votre partenaire.

Dans cet article, nous étudions les droits légaux des couples non mariés et explorons les questions clés.

Qu’est-ce que la séparation dans le cadre d’un mariage de fait ?

Même si cela semble officiel, le mariage en union libre est une erreur.

Si vous n’êtes pas marié mais vivez avec votre partenaire, vous pouvez vous considérer comme étant en union de fait, mais légalement, il n’y a aucune protection pour l’une ou l’autre des parties, et aucune des parties n’a de responsabilité légale envers l’autre.

La séparation dans le cadre d’un mariage de fait diffère de la séparation des couples mariés ou en partenariat civil où des réclamations juridiques telles que des réclamations financières, immobilières et alimentaires peuvent être faites.

Diviser la maison familiale

Si vous êtes marié ou pacsé et avez décidé de vous séparer, vous pourrez peut-être demander une part du logement ou des biens que vous habitiez avec votre ancien partenaire. Lorsque vous vivre ensemble sans mariageil n’existe pas de droit automatique à faire une telle réclamation.

Si le bien est au nom unique de votre partenaire, vous devez démontrer clairement que vous y avez contribué financièrement ; par exemple, vous avez payé les factures d’énergie, la taxe d’habitation, ou encore les remboursements hypothécaires ou les travaux de rénovation de la maison.

Alternativement, vous auriez besoin d’une preuve que vous aviez conclu un accord selon lequel vous partagiez une partie de la maison. Cela peut souvent être un défi.

Si la maison est en nom commun, vous êtes considéré comme copropriétaire, ce qui est décidé et convenu au moment de l’achat.

  • Les copropriétaires ont droit à une part égale en cas de séparation, quel que soit le montant de la contribution de chaque partie. De plus, si l’une des parties décède, l’autre en acquiert automatiquement la pleine propriété.
  • Les locataires communs ont chacun droit à leur propre part de propriété en cas de séparation. Cela pourrait être une part égale ou inégale et pourrait dépendre de la contribution financière de chacun. Une part des biens peut être léguée à toute personne que vous aurez désignée dans votre testament en cas de décès.

En cas de conflit sur la manière dont la propriété doit être divisée, il est possible de s’adresser aux tribunaux pour déterminer qui doit rester dans la propriété ou comment celle-ci doit être divisée.

Enfants lors de la séparation de couples non mariés

Couples cohabitants ont les mêmes responsabilités et droits financiers et juridiques concernant leurs enfants que les couples mariés.

Femme ayant une séance de conseil

Bien qu’il soit conseillé aux couples de parvenir à des accords sur la pension alimentaire et les modalités de vie sans l’intervention des tribunaux, lorsqu’ils ne parviennent pas à s’entendre ou que d’autres complexités sont impliquées, l’affaire peut être traitée légalement.

Dans certains cas, les tribunaux pourront rendre des ordonnances juridiques en matière de propriété et de finances en relation avec les prestations d’un enfant à charge. Certains couples qui se séparent choisissent d’utiliser le service d’entretien des enfants déterminer le montant et la fréquence des paiements en faveur des enfants.

  • Pères célibataires

Il est également important de souligner que les pères célibataires n’acquièrent pas automatiquement la responsabilité parentale, un terme qui fait référence aux devoirs et responsabilités juridiques liés à l’éducation d’un enfant.

Alors qu’une mère a automatiquement la responsabilité parentale dès la naissance d’un enfant, les pères célibataires peuvent obtenir la RP soit par un accord conjoint avec la mère, soit par une décision judiciaire, soit en enregistrant la naissance conjointement avec la mère.

Problèmes financiers que les couples non mariés devraient considérer

Les droits légaux des couples non mariés en matière financière sont essentiels à comprendre. En plus des biens et des enfants, il y a un certain nombre d’autres considérations financières à prendre en compte si vous vous séparez, notamment

Courtier rencontrant un nouveau couple

  • Retraites

L’un des problèmes juridiques lors de la rupture d’un couple non marié est lié aux retraites.

Si vous n’êtes pas marié à votre partenaire, vous n’aurez pas automatiquement droit à une part de sa pension en cas de séparation, sauf si vous avez été désigné comme bénéficiaire désigné (un bénéficiaire choisi). C’est également le cas en cas de décès du partenaire bénéficiaire de la rente.

Si le partenaire survivant souhaite demander une part de la pension, la loi impose un certain nombre de conditions. Loi sur les successions de 1975. Ils devront par exemple prouver qu’ils ont vécu ensemble pendant deux ans jusqu’au décès de leur partenaire.

  • Dettes

Quels sont les droits légaux des couples non mariés vivant ensemble en matière de dettes mutuelles ?

Si, au moment de votre séparation, vous disposez d’un prêt conjoint aux deux noms, par exemple un prêt personnel, une hypothèque ou un découvert, alors même si l’un des partenaires cesse de payer, l’autre sera toujours responsable de la totalité du prêt.

Cependant, si votre ex-partenaire est un titulaire de carte supplémentaire, il n’est pas responsable du remboursement de l’argent dû car l’accord de crédit est uniquement au nom du titulaire de carte principal.

  • comptes bancaires

Si vous possédez un compte conjoint aux deux noms, l’argent qu’il contient appartient à parts égales à chaque partie.

Il est conseillé d’informer votre banque le plus tôt possible de votre séparation afin qu’elle puisse soit la geler, soit convenir de nouvelles conditions, sur lesquelles les deux parties doivent se mettre d’accord avant le retrait de l’argent.

Si l’un des partenaires décède, l’autre peut toujours utiliser le compte conjoint et en retirer, bien qu’il soit possible que ces fonds soient inclus dans la succession de la personne décédée.

Que pouvez-vous faire?

Si vous et votre partenaire vivez ensemble mais n’êtes pas mariés, envisagez un accord de cohabitation où les détails sur les actifs financiers, le partage des biens et les modalités des enfants sont clairement stipulés.

Vous pouvez également envisager changer votre testament pour préciser ce qui adviendra de votre succession advenant votre décès.

Gagner un Déclaration de confiance est une autre option à considérer. Ce document indique comment le produit de la vente d’une propriété doit être distribué et décrit la propriété. Dans tous les cas, il est conseillé d’être clair sur votre situation juridique et de demander un avis juridique spécialisé le plus tôt possible dans le processus.

Si vous êtes dans une situation où vous rencontrez des difficultés pour mettre fin à une relation, regardez cette vidéo :

Résumé

Avant de se séparer, certains couples non mariés supposent qu’ils ont des droits et des responsabilités.

Par exemple, ils peuvent croire qu’ils ont un droit légal à la propriété ou à une pension, supposer que les biens leur seront laissés au décès de leur ancien partenaire ou croire qu’ils ont automatiquement la responsabilité parentale.

Ce n’est souvent qu’au milieu d’une séparation que la réalité devient plus claire. Il est donc important de demander l’avis d’un avocat spécialisé en droit de la famille le plus tôt possible dans le processus.

Avatar de Mathias
Laisser un commentaire

11 + neuf =