Façons de contourner les pièges de la communication ouverte et fermée

Dans mon dernier billet « Un chemin au-delà de la plus grande difficulté de communication », j’ai parlé du questionnement curieux comme stratégie de communication ouverte souvent utilisée par les thérapeutes mais aussi utilisée entre partenaires. J’ai également expliqué les avantages des approches fermées et ouvertes de la communication. Le questionnement curieux est intrinsèquement validant parce que la personne qui exprime sa curiosité veut vraiment en savoir plus sur l’autre. De même, dire à votre partenaire ce que vous pensez de manière simple peut satisfaire une curiosité inhérente ou une ouverture à son point de vue ou à son opinion. Ainsi, les deux approches peuvent être complémentaires. Par exemple, une déclaration curieuse (« Je suis curieux de savoir comment de plus en plus de personnes s’identifient comme transgenres. ») pourrait être suivie d’une déclaration ouverte (« Pour votre information, je suis un transsexuel. »)

Exagérer l’approche ouverte

Mais il n’y a pas de solution facile, car il y a toujours des pièges. Les approches ouvertes, si elles sont exagérées, peuvent impliquer de poser trop de questions sans inclure suffisamment de divulgation personnelle. Une personne qui pose trop de questions de toutes sortes peut avoir l’impression d’être « sur place » ou peut se sentir jugée si elle se trompe de réponse. Il peut sembler que «l’intervieweur» pourrait avoir la réponse et «l’interviewé» est sur le point de deviner ce que c’est. Plutôt que de faire appel à la volonté des gens de parler d’eux-mêmes (ego caressant), exagérer le mode d’entretien peut conduire à des sentiments de vulnérabilité. De plus, l’intervieweur peut être perçu comme cachant des informations personnelles derrière une quête pour en savoir plus profondément et plus intimement avant que l’interviewé ne se sente prêt. Même si « quoi » et « comment » sont destinés à ouvrir toute réponse possible, si une personne répond principalement avec plus de questions, l’interlocuteur peut commencer à avoir l’impression d’avoir été noté pour un exercice de « exploration de données ». La recherche d’informations personnelles peut sembler forcée ou prématurément intime avant que la divulgation suffisamment partagée d’informations personnelles spécifiques dans les deux sens ne définisse le contexte pour inviter et accorder la quête d’un partage d’informations supplémentaires.

Exagérer l’approche fermée

Les approches fermées, si elles sont exagérées, peuvent également impliquer de poser trop de questions avec le même résultat, ce qui empoisonne l’excès de trop de curiosité. Une distinction importante à établir ici est que l’objectif principal des approches fermées est de diriger le flux d’informations, tandis que l’objectif principal des approches ouvertes est d’inviter le partage d’informations d’une manière mutuellement valorisée. Bien qu’inviter le partage d’informations personnelles puisse transmettre un sentiment de valeur, cela peut également laisser le partenaire se sentir exploité comme si le chercheur ne souhaitait pas rendre la pareille avec ses propres perspectives. Qu’il s’agisse de questions fermées ou ouvertes, le questionneur trop curieux et fermé peut sembler vide d’opinion, offrant rarement suffisamment de matière première pour répondre à la demande et soutenir une conversation intéressante. Le développement de la confiance mutuelle peut être sacrifié et le partenaire épuisé peut repartir en se sentant vulnérable, vidé et insatisfait.

En revanche, lorsque les approches fermées sont exagérées, en particulier dans le but de donner trop de sa propre opinion, le risque est la perception que l’orateur pontifie à partir d’une tribune. C’est comme si la considération due pour tester occasionnellement le niveau d’intérêt continu de l’auditeur avait été ignorée. De plus, le locuteur peut être considéré comme peu sensible au langage corporel démontrant un manque de curiosité désengagé de la part de son partenaire. Les signaux de fatigue, d’ennui ou de désir de quitter l’interaction peuvent sembler être intentionnellement négligés ou ouvertement ignorés, juste pour faire passer un point qui n’exprime que les intérêts de l’orateur et rien de plus. Peu de tentatives de collaboration sont reflétées par de tels orateurs et les auditeurs peuvent se sentir complètement invalidés, irrités ou irrités par le manque de considération dont ils viennent d’être témoins.

On ne sait pas ce qui est le pire, le marchand de curiosité à l’esprit ouvert qui n’a jamais d’opinion ou le conférencier à l’esprit fermé qui aime tellement entendre parler de lui-même que tout le monde dans l’auditoire pourrait partir et il continuerait à parler. On peut tout aussi bien n’avoir aucune contribution à apporter ; l’autre pourrait bénéficier en parlant plus à lui-même qu’à n’importe qui d’autre. Aucun des extrêmes ne semble très intéressant pour poursuivre une relation mutuellement bénéfique.

Importance de l’équilibre

Quelque part le long de la ligne, un équilibre doit être recherché dans les motifs de ces deux extrêmes. Parfois, et plus souvent chez les clients que je vois en thérapie de couple, les deux partenaires sont proches de l’extrême du conférencier, n’attendant que de faire passer leur propre opinion à l’autre, ne vérifiant jamais vraiment si une partie de leur opinion a vraiment été de l’intérêt ou a même été compris par l’auditeur. L’hypothèse qui l’accompagne est que le but de la conversation n’est pas d’écouter pour comprendre mais de projeter son point de vue dans l’espace aérien juste au cas où son partenaire écoute et se soucie suffisamment de comprendre. Pour les orateurs, la preuve de l’attention du partenaire est lorsque le partenaire écoute et essaie de comprendre. Livrés à eux-mêmes, j’assiste rarement à un contrôle explicite de l’investissement, ni de la compréhension. Se concentrer trop souvent uniquement sur l’expression de points de vue entraîne des occasions manquées de vérifier la compréhension et, probablement plus important, d’évoquer l’investissement dans la relation comme plus important que pratiquement n’importe quel point de vue offert en l’air. Cela augmente la possibilité pour les couples de formation de se concentrer avec soin et attention sur ces aspects de leur intention.

Faire preuve d’attention et d’affection

Le plus important pour l’initiation et le maintien d’une relation intime est la poursuite et la régularité des démonstrations d’attention à la relation elle-même. Ces démonstrations de bienveillance se présentent sous des formes verbales et non verbales. Une touche de main, un bras autour d’une épaule, une déclaration du type « Je t’aime », « Je me soucie de ce que vous pensez, même si je ne suis pas toujours d’accord » ou « Nous pouvons nous en sortir, même si cela a été un route vraiment difficile et frustrante ». Ce sont des indices qui reconnaissent le défi mutuel que la relation présente aux partenaires pour surmonter leurs différences et se concentrer sur le projet qu’ils ont en commun, la raison pour laquelle ils se sont réunis en premier lieu et la raison pour laquelle ils ont persisté dans une relation les uns avec les autres. Ces indices valorisent la relation – à la fois ses difficultés et ses forces. Indépendamment de ce qui est dit d’autre, c’est l’élément le plus important à renforcer à chaque occasion. Que nous avons quelque chose à apprendre les uns des autres. Que nous provoquions quelque chose d’important l’un chez l’autre, dont certains pourraient ne pas être agréables, mais dans la souffrance, cela vaut la peine d’être pris en charge. Et à travers les épreuves et les célébrations dont nous sommes témoins alors que nous menons nos vies individuelles, notre relation répond au besoin de l’autre d’être pris en charge, d’être valorisé. C’est l’amour.

Avatar de Delphine
Laisser un commentaire

treize + dix-neuf =