Adopter la communication non violente dans les relations

« Nous devons améliorer notre communication », dit-elle. « Je pense que nous communiquons très bien », dit-il. Il n’est pas rare qu’un partenaire pense que des changements doivent être apportés à la relation et que l’autre soit en désaccord ou même semble indifférent.

Avec des expressions comme « la communication est une voie à double sens », il est naturel pour le partenaire qui veut améliorer la communication de penser que c’est impossible sans effort de l’autre personne.

Mais y a-t-il quelque chose à gagner en travaillant sur soi, que votre partenaire soit prêt ou disposé à changer avec vous. J’ai entendu des gens dire : « Pourquoi devrais-je m’embêter si mon partenaire n’essaie pas ? » Ou « Je ne devrais pas avoir à faire tout le travail. »

Changer la communication entre vous et votre partenaire

Je conteste ce point de vue. Pendant une minute, oubliez si la relation en vaut la peine ou si votre partenaire en vaut la chandelle. La question plus profonde à vous poser est de savoir si vous en valez la peine.

Avec une détermination consciente, vous pouvez effectuer un changement interne qui pourrait potentiellement réduire le stress, atténuer le ressentiment et alléger le fardeau émotionnel que vous pourriez ressentir.

Lorsque vous changez votre façon de communiquer, vous modifiez intrinsèquement la communication entre vous et votre partenaire, que votre partenaire change ou non.

Comment est-ce possible?

Communication non violente

L’une de mes stratégies de communication préférées pour enseigner aux individus et aux couples est la communication non violente, un ensemble de principes développés par Marshall Rosenberg dans les années 1960.

Lorsque les couples sont en conflit, il n’est pas rare qu’il y ait des reproches et de la honte. Par exemple, « tu me mets tellement en colère quand tu regardes la télévision alors que j’essaie de te parler de quelque chose d’important ».

L’approche CNV enseigne aux individus comment exprimer un sentiment sans blâmer ou faire honte à l’autre personne.

Tout d’abord, une personne énonce une observation. « Je remarque que tu regardes la télévision quand je commence à essayer de te parler de ma journée. » Ensuite, la personne exprime un sentiment et un besoin. « Je me sens en colère quand j’essaie de te parler et que tu regardes la télévision. J’ai besoin que tu me regardes quand je te parle parce que je veux que nous nous sentions plus connectés.

Enfin, la personne fait une demande. « Seriez-vous prêt à éteindre la télévision pendant 20 minutes, pour que nous puissions parler? »

Ce que font les autres peut être un stimulant de nos sentiments, mais pas la cause

Lorsque je partage ces outils avec des clients, ils disent souvent « ça sonne tellement scénarisé » ou « personne ne parle vraiment comme ça ». Cela semble étrange au premier abord, surtout si une personne utilise les principes et l’autre non.

Cependant, si vous vous en tenez à cela, vous commencerez à voir une différence dans ce que vous ressentez lorsque vous essayez de communiquer quelque chose de difficile.

J’ai personnellement utilisé la CNV et je peux attester à quel point elle peut être valorisante, quelle que soit la façon dont ma communication est perçue par la personne avec qui j’essaie de m’identifier.

Souvent, dans les relations, les gens reprochent à leurs partenaires de les « rendre » fâchés, tristes, seuls, etc. Marshall Rosenberg a déclaré : « Ce que font les autres peut être un stimulant de nos sentiments, mais pas la cause.

La CNV se prête à enseigner aux gens comment assumer la responsabilité de leurs sentiments et ne pas blâmer les autres.

La méthode ne produit pas de résultats du jour au lendemain. Cela prend beaucoup de temps et d’efforts. N’oubliez pas que vous en valez la peine et que vous pourriez inspirer votre partenaire à monter à bord une fois qu’il verra le changement en vous.

Avatar de Delphine
Laisser un commentaire

quatre × 5 =