9 façons d’empêcher le Doomscrolling de ruiner votre relation

Vous êtes-vous déjà retrouvé coincé sur votre téléphone, à lire une triste nouvelle après l’autre ? C’est ce qu’on appelle le défilement catastrophique. Même s’il est facile de se perdre dans un monde de mauvaises nouvelles sans fin, cela peut causer des problèmes que vous n’avez pas remarqués.

Passer trop de temps sur ces histoires peut nous déprimer et nous faire perdre du temps avec nos amis et notre famille. Et si cette habitude repoussait les personnes qui nous sont chères ?

Examinons 8 façons simples de déterminer si le défilement funeste perturbe vos amitiés et vos liens familiaux. Connaître ces signes peut vous aider à vous remettre sur la bonne voie et à garder vos proches proches.

Le doomscrolling ruine-t-il vos relations ?

À l’ère du numérique, de nouveaux comportements émergent qui peuvent bouleverser notre vie quotidienne et nos relations interpersonnelles. L’un de ces comportements est le « doomscrolling ». Mais quelle est la signification du doomscrolling ?

À la base, le doomscrolling consiste à faire défiler continuellement des informations négatives ou pénibles en ligne, même lorsqu’elles évoquent des sentiments de peur, d’anxiété ou de tristesse. La définition du défilement catastrophique ne se limite pas aux actualités ; cela peut également englober des flux de médias sociaux sans fin remplis de mises à jour pénibles ou de tendances troublantes.

Bien que « doomscrolling » puisse sembler être un terme moderne, beaucoup trouveront sa tradition de doomscrolling similaire à des termes plus anciens désignant des comportements obsessionnels et nuisibles. Tout comme on peut se perdre dans un livre, on peut aussi se perdre dans le défilement sans fin de sombres mises à jour.

Pour illustrer avec des exemples catastrophiques, pensez à l’individu qui ne peut s’empêcher de vérifier sur son téléphone des mises à jour sur une catastrophe naturelle ou à la personne qui lit sans cesse des articles sur des controverses politiques tard dans la nuit, ignorant son partenaire à ses côtés.

5 impacts du doomscrolling sur les relations

Dans le monde hyper-connecté d’aujourd’hui, notre accès constant aux actualités, aux mises à jour et aux informations a donné naissance à un nouveau comportement : le doomscrolling. Mais qu’est-ce que le doomscrolling ? Il s’agit du fait de parcourir de manière compulsive des informations négatives ou pénibles en ligne.

Cela peut sembler familier à certains, mais la vraie question est : que signifie le doomscrolling pour nos relations et notre santé émotionnelle ?

Comprendre ce comportement peut faire la lumière sur ses implications plus larges. Voici cinq impacts du doomscrolling sur nos relations interpersonnelles :

1. Retrait émotionnel

L’un des effets les plus immédiats du doomscrolling est le bilan émotionnel qu’il entraîne.

Une exposition constante à des nouvelles pénibles peut entraîner des sentiments d’anxiété, de peur et surtout une dépression catastrophique. Cette tristesse accablante peut entraîner un retrait émotionnel de ses proches, à mesure que l’individu est consumé par le contenu négatif qu’il regarde.

2. Temps de qualité réduit

À mesure que les gens s’enfoncent plus profondément dans le terrier du lapin à défilement catastrophique, ils perdent souvent la notion du temps. Heures qui pourraient être consacrées à conversations significativesles activités partagées ou simplement profiter de la compagnie de ses proches sont plutôt consommés par l’écran.

3. Des frustrations déplacées

L’arrivée continue de nouvelles négatives peut générer du stress et de la frustration. Mais le doomscrolling : pourquoi le faisons-nous ? Pour certains, il s’agit d’une tentative de rester informé, tandis que pour d’autres, cela peut être une contrainte anxieuse.

Jeune femme sérieuse utilisant un smartphone

Quelle que soit la raison, ces émotions refoulées trouvent souvent une issue dans des explosions déplacées, provoquant potentiellement des conflits avec ceux qui nous entourent.

4. Diminution de l’empathie

S’exposer continuellement à un contenu pénible peut, avec le temps, désensibiliser un individu à la souffrance des autres. Cette diminution de l’empathie peut entraver la capacité d’une personne à comprendre ou à entrer en résonance avec les sentiments et les émotions de son partenaire, de ses amis ou de sa famille.

5. Distance physique

Le Doomscrolling crée non seulement un gouffre émotionnel, mais peut également conduire à une distance physique. Les personnes absorbées par leurs appareils pourraient s’isoler, préférant la faible lumière de leurs écrans à la lumière du jour. chaleur de la compagnie humaine.

9 façons de briser le cycle du doomscrolling et des relations

L’acte omniprésent du doomscrolling s’est insidieusement intégré au tissu de nos routines numériques quotidiennes, souvent au détriment de nos relations interpersonnelles. Pour ceux qui se demandent comment arrêter le doomscrolling, il y a de bonnes nouvelles.

Reconnaître le problème est la première étape, et à partir de là, de nombreuses stratégies peuvent aider à briser ce cycle et à donner la priorité à nos liens émotionnels.

Voici cinq façons de lutter contre les effets du doomscrolling sur les relations :

1. Pauses programmées

Tout comme nous accordons des horaires spécifiques au travail, à l’exercice et aux loisirs, il est essentiel de prévoir des pauses dédiées depuis nos écrans. Déterminez les périodes de la journée, comme pendant les repas ou avant le coucher, pendant lesquelles les appareils sont éloignés.

Cela peut considérablement freiner l’envie de faire défiler et, au fil du temps, modifier votre comportement. Si vous réfléchissez, comment puis-je arrêter le doomscrolling ? Commencez par créer ces zones sans numérique dans votre emploi du temps quotidien.

2. Consommation consciente

Au lieu de parcourir votre flux sans réfléchir, soyez intentionnel quant à votre consommation numérique. Abonnez-vous à des médias d’information positifs ou fixez des limites aux applications pour vous assurer de ne pas abuser du contenu pénible. En pratiquant cette approche consciente, vous prenez non seulement des mesures pour éviter le doomscrolling, mais vous améliorez également votre bien-être numérique global.

3. S’engager dans des activités alternatives

Souvent, la solution pour rompre avec une habitude consiste à la remplacer par une autre. Alors, que faire au lieu du doomscrolling ? Plongez dans un nouveau livre, démarrez un passe-temps ou même pratiquez une activité physique.

L’idée est de s’occuper de tâches constructives qui offrent une pause avec le monde numérique et nourrissent nos émotions.

Couple détendu appréciant près de la plage

4. Restez connecté

L’un des meilleurs antidotes au doomscrolling est une véritable connexion humaine. Au lieu de lire des articles sur des tragédies, engagez des conversations à cœur ouvert avec vos proches. Partagez vos inquiétudes, discutez de vos sentiments et laissez ces interactions vous rappeler la beauté et la positivité qui existent encore dans le monde.

5. Rechercher de l’aide

Si vous avez du mal à lutter vous-même contre l’habitude du doomscrolling, n’hésitez pas à demander de l’aide. Cela peut prendre la forme d’un ami qui partage votre objectif, d’un groupe de soutien ou même de conseils professionnels. Parfois, un renforcement externe peut fournir l’impulsion nécessaire pour se libérer des comportements compulsifs.

6. Fixez des limites

Prévoyez des heures précises pour consulter les actualités ou les réseaux sociaux. Peut-être décidez-vous de vérifier uniquement le matin, puis de nouveau le soir. En fixant ces limites, vous pouvez vous assurer que votre consommation numérique n’éclipse pas les interactions en face à face.

7. Restez attentif

Faites attention à vos sentiments lorsque vous faites défiler. Si vous remarquez anxiété, stress ou tristesse croissants, il est peut-être temps de faire une pause. Cette pleine conscience peut vous empêcher de sombrer dans le vortex des nouvelles négatives.

8. S’engager dans une détox numérique

Désignez un jour ou même quelques heures seulement où vous évitez tous les appareils numériques. Profitez de ce temps pour communiquer avec vos proches, vous adonner à un passe-temps, lire un livre, faire une promenade dans la nature ou simplement vous détendre et rajeunir votre esprit.

9. Rechercher des alternatives

Au lieu de vous concentrer sur des nouvelles pénibles, essayez de diversifier votre consommation en ligne. Abonnez-vous à des médias d’information positifs, suivez des comptes de réseaux sociaux édifiants ou regardez des vidéos de bien-être. Équilibrer votre consommation peut aider à réduire le fardeau émotionnel du doomscrolling.

Le doomscrolling tue-t-il votre vie amoureuse ? 5 façons dont cela ruine vos relations

Le Doomscrolling, l’acte de consommer de manière obsessionnelle des informations négatives en ligne, n’affecte pas seulement le bien-être mental ; cela érode également les fondements des relations intimes. Voici comment cela affecte votre vie amoureuse.

  • Passer trop de temps sur des nouvelles négatives signifie moins de temps de qualité avec votre partenaire, ce qui entraîne un sentiment de négligence ou est pris pour acquis.
  • Une exposition continue à un contenu pénible peut accroître les angoisses personnelles, rendant la personne moins disponible émotionnellement et plus irritable dans une relation.
  • Au fil du temps, l’apport constant de mauvaises nouvelles peut rendre la personne moins empathique, ce qui a un impact sur la capacité à se connecter profondément aux sentiments et aux préoccupations d’un partenaire.
  • Être absorbé par le doomscrolling peut conduire à la fois à l’isolement physique (comme rester dans des pièces séparées) et à la distance émotionnelle, diminuant l’intimité et la proximité.
  • Le poids émotionnel des nouvelles négatives peut entraîner des explosions ou des irritations déplacées, provoquant des conflits et des malentendus inutiles dans une relation.

Doomscrolling et relations : un mélange dangereux

Le Doomscrolling, l’habitude compulsive de se plonger dans un flux d’informations négatives en ligne, est plus qu’un simple phénomène de l’ère numérique ; c’est un risque relationnel. À mesure que les individus sont absorbés par les sombres récits du monde, ils s’éloignent par inadvertance de leurs partenaires et de leurs proches.

Ce barrage constant de contenus pénibles amplifie les angoisses personnelles, réduit le temps de qualité partagé et entrave les véritables liens émotionnels. À mesure que le domaine numérique resserre son emprise, les relations, souvent fondées sur la compréhension et la présence, peuvent s’effilocher, faisant de la catastrophe et des relations une combinaison véritablement périlleuse.

FAQ

À l’ère du numérique, le phénomène du doomscrolling a retenu l’attention, suscitant souvent des questions sur ses implications. Lisez la FAQ pour comprendre le doomscrolling et son impact.

  • Quelle est la différence entre le doomscrolling et la consommation d’actualités ?

Le Doomscrolling et la consommation régulière d’informations diffèrent principalement par leur intention et leur effet. La consommation d’informations est l’acte équilibré de rester informé des événements mondiaux.

En revanche, le doomscrolling est l’acte compulsif et souvent incontrôlable de faire défiler des informations négatives ou pénibles, quelle que soit leur pertinence ou leur signification, conduisant à des sentiments d’anxiété, de peur ou de tristesse.

  • Le doomscroll est-il mauvais pour ma santé mentale ?

Oui, le doomscrolling peut être préjudiciable à la santé mentale. Une exposition constante à des nouvelles négatives peut atténuer les niveaux de stress, provoquer de l’anxiété et cultiver des sentiments d’impuissance ou de désespoir. Au fil du temps, cela peut contribuer à des problèmes de santé mentale plus graves, comme la dépression.

Le défilement sans fin peut avoir un impact négatif sur la santé mentale, et il est nécessaire de prendre du recul. WION s’entretient avec Sharon Blady, ancienne ministre de la Santé du Manitoba, et le Dr Shabbir Tejani, médecin généraliste associé du GR Medical Centre, pour plus de perspective :

  • Le doomscrolling peut-il créer une dépendance ?

Absolument. Comme d’autres comportements qui procurent une gratification immédiate ou un soulagement de la détresse (même temporaire), le doomscrolling peut devenir addictif. L’accès immédiat à l’information et les réactions émotionnelles qu’il provoque peuvent créer une boucle de rétroaction, rendant plus difficile le désengagement des individus.

  • Comment puis-je arrêter le doomscrolling ?

Mettre fin au doomscrolling implique à la fois une prise de conscience et des mesures concrètes. Certaines stratégies efficaces comprennent :

– Fixer des heures spécifiques pour consulter les actualités ou les réseaux sociaux.

– Désactiver les notifications non essentielles.

– S’abonner à des médias d’information positifs.

– Prendre des pauses régulières avec les appareils numériques.

– S’engager dans des activités qui détournent l’attention des écrans, comme lire un livre, pratiquer un passe-temps ou se connecter avec ses proches.

  • Le doomscrolling présente-t-il des avantages ?

S’il est essentiel de rester informé, la frontière est mince entre être informé et surconsommer des informations négatives. Certains diront peut-être que le défilement catastrophique les maintient attentifs aux réalités du monde. Cependant, les conséquences psychologiques potentielles et les relations tendues l’emportent souvent sur les avantages perçus.

Il est essentiel de trouver un équilibre qui permette de s’informer sans se laisser submerger.

Dernières pensées

Le Doomscrolling, bien qu’il s’agisse d’un terme relativement nouveau, inclut un comportement devenu répandu à l’ère numérique. S’il est crucial de rester informé des événements mondiaux, il est tout aussi important de veiller à ce que nous le fassions d’une manière qui ne nuise pas à notre bien-être mental ou à nos relations personnelles.

Reconnaître les signes et tracer des limites peut conduire à une relation plus saine avec nos appareils et, par extension, avec ceux qui nous entourent.

Avatar de Mathias
Laisser un commentaire

20 − 1 =