7 signes de parents violents verbalement et comment y faire face

La violence verbale est une forme de maltraitance douloureuse et dommageable qui peut laisser des cicatrices durables, surtout lorsqu’elle vient de ceux qui sont censés vous aimer et prendre soin de vous : vos parents.

Selon les Centers for Disease Control and Prevention, un enfant sur sept a experimenté abus sur mineur ou de négligence aux États-Unis.

Dans cet article, nous explorerons ce que sont les parents verbalement violents, identifierons les signes à surveiller, examinerons les effets de la violence verbale sur les enfants et proposerons des stratégies pour établir des limites et guérir du traumatisme.

Si vous ou quelqu’un que vous connaissez êtes aux prises avec des parents violents verbalement, il est essentiel de comprendre que vous n’êtes pas seul et qu’il existe des moyens d’y faire face et de guérir.

Qu’est-ce qu’un parent verbalement violent ?

Commençons par répondre à la question « Qu’est-ce que la violence verbale parentale ? » Un parent verbalement violent est quelqu’un qui adopte des modes de communication nuisibles et blessants envers ses enfants, ce qui a un impact négatif sur leur bien-être émotionnel et leur estime de soi.

La violence verbale peut impliquer l’utilisation de mots, d’un ton de voix et d’un langage désobligeants pour dégrader, rabaisser, critiquer, insulter, manipuler ou contrôler l’enfant. Cette attitude peut avoir des effets profonds et durables sur le mental et émotionnel développement.

La violence verbale parentale peut être ponctuelle, constante, fréquente et grave. Cependant, la violence verbale de la part des parents peut être plus répandue et plus flagrante en cas de consommation d’alcool ou de substances. Même si les désaccords et conflits occasionnels sont normaux dans les familles, la violence verbale constante et délibérée ne l’est pas.

7 signes de parents verbalement violents

Père criant après son fils

Lorsqu’il s’agit de violence verbale de la part des parents, les signes ne sont ni farfelus ni flagrants. Comprendre les signes de violence verbale chez les parents est la première étape pour résoudre ce problème profondément pénible.

La violence verbale au sein de la famille peut avoir des conséquences considérables, et reconnaître ces signes est crucial tant pour les victimes que pour ceux qui souhaitent offrir leur soutien. Vous trouverez ci-dessous quelques exemples de parents abusant verbalement et parents violents verbalementDes panneaux pour vous aider à mieux comprendre le concept :

1. Injures

Un parent verbalement violent peut utiliser un langage désobligeant et des insultes pour rabaisser l’enfant. Cela peut inclure des moqueries, des menaces ou une dépréciation de l’apparence, de l’intelligence ou des capacités de l’enfant. Ces paroles blessantes peuvent être dévastatrices sur le plan émotionnel et éroder l’estime de soi d’un enfant.

Les parents peuvent également le faire devant d’autres personnes ou en public, ce qui rend cela plus nocif pour l’enfant.

2. Des critiques constantes

Les enfants qui sont victimes de violence psychologique de la part de leurs parents peuvent parfois faire l’objet de critiques. Bien sûr, il peut y avoir des cas où vous devrez corriger vos enfants lorsqu’ils ont tort. Cependant, là où vous devez tracer une ligne, c’est lorsque cela devient trop fréquent, surtout si ce n’est pas fait avec douceur.

Les critiques constantes se concentrent sur les défauts ou les erreurs perçus par votre enfant plutôt que sur des commentaires ou un soutien constructifs.

3. Éclairage au gaz

L’éclairage au gaz est un tactique manipulatrice utilisé par des parents verbalement violents pour faire douter leurs enfants de leurs propres perceptions, sentiments et souvenirs. Par exemple, ils pourraient dire : « Vous êtes trop sensible ; Je plaisantais. » Ils peuvent nier ou banaliser leur comportement abusif, ce qui amène l’enfant à remettre en question sa santé mentale.

4. Crier

Crier est une autre tactique courante de violence verbale de la part des parents. Cela peut impliquer d’élever la voix en signe de colère ou de frustration pour intimider et contrôler l’enfant. Cette attitude peut amener l’enfant à obéir à ses ordres pendant un certain temps, mais peut également nuire à sa confiance.

5. Blâme et culpabilité

Un parent verbalement violent peut rejeter la faute sur l’enfant pour ses propres émotions ou actions, ce qui fait que l’enfant se sent responsable du comportement du parent. Cela peut se produire en cas d’amour non partagé de la part d’un partenaire, de grossesse non désirée ou lorsque les soignants ou les parents se disputent.

6. Sarcasme et moquerie

Le sarcasme est une manière subtile de rabaisser un enfant, principalement lorsqu’il est utilisé de manière blessante ou humiliante. Cela peut éroder leur estime de soi et leur bien-être émotionnel. De plus, se moquer des intérêts ou des sentiments de l’enfant peut être préjudiciable sur le plan émotionnel, laissant des cicatrices durables sur sa confiance en soi et son sentiment de valeur.

7. Invalidation

Les enfants sont peut-être incapables de gérer de nombreuses émotions, mais ils ont le droit d’être entendus et compris. Cependant, minimiser ou ignorer les sentiments et les expériences de vos enfants peut les faire se sentir sans importance. Bientôt, ils apprendront peut-être à réprimer leurs émotions et à garder les choses pour eux.

Effets de la violence verbale des parents sur les enfants

Les effets de la violence verbale des parents sur les enfants peuvent être profonds et durables. Les critiques et les insultes constantes peuvent éroder l’estime de soi d’un enfant, le laissant avec un sentiment persistant d’inadéquation. Ce bouleversement émotionnel peut conduire à l’anxiété et à la dépression, à mesure que les enfants intériorisent les messages négatifs qu’ils reçoivent.

Des problèmes de comportement, tels que l’agressivité, le repli sur soi ou la rébellion, peuvent se manifester à la suite de ces abus. De plus, les enfants qui grandissent avec des parents verbalement violents peuvent avoir du mal à nouer des relations saines car ils ont du mal à établir la confiance et à communiquer.

Point culminant de la recherche = Examiner l’impact de la violence des enfants et des adolescents sur la violence conjugale adulte (VPI), un recherche suivi 457 individus. Elle a révélé que la victimisation de la violence dans les fréquentations et l’approbation des pairs au cours de l’adolescence prédisaient à la fois la victimisation et la perpétration de VPI à l’âge adulte. La maltraitance officielle des enfants prédisait la perpétration de VPI. Une intervention précoce et une prévention axée sur les pairs sont cruciales.

Les cicatrices émotionnelles causées par la violence verbale peuvent persister à l’âge adulte, affectant la santé mentale, l’image de soi et la qualité de vie globale des enfants.

Comment établir des limites avec des parents verbalement violents ? 5 façons

psychologue aidant un adolescent déprimé

Faire face à des parents verbalement violents nécessite un équilibre délicat entre l’auto-préservation et le maintien des liens familiaux. Si vous avez observé des signes de violence verbale chez vos parents ou si vos parents vous ont maltraité émotionnellement, il est essentiel de trouver une solution.

Une façon de vous libérer des chaînes d’un parent verbalement violent est d’établir des limites. Vous trouverez ci-dessous quelques stratégies essentielles qui peuvent vous aider à établir des limites claires avec les parents verbalement violents :

1. Conscience de soi

La première étape pour établir des limites concernant la violence verbale est de reconnaître l’impact du comportement de vos parents sur votre vie. C’est beaucoup plus facile lorsque vous êtes plus âgé et affirmé, car cela peut vous aider à reconnaître vos droits et à acquérir la confiance nécessaire à votre survie.

2. Clarifier les limites

Pour clarifier les limites, vous devez décider quels comportements vous tolérerez et ne tolérerez pas. Par exemple, vous pouvez établir que les injures, les cris ou les menaces ne seront plus acceptés. Mettez également en évidence les conséquences que vous appliquerez si elles franchissent ces limites.

La mise en œuvre de cette approche proactive peut aider à créer une compréhension claire des attentes et à renforcer votre engagement à maintenir une relation plus saine et plus respectueuse avec vos parents.

3. Communiquez avec assurance

La communication occupe une position essentielle dans la résolution des problèmes. Pour bien adopter cette stratégie, exprimez vos sentiments calmement et directement, en utilisant des déclarations en « je ». Par exemple : « Je me sens blessé lorsque vous utilisez des mots blessants ». N’oubliez pas de ne pas crier ou de laisser vos émotions vous gêner en faisant cela.

4. Soyez cohérent

Parfois, les parents victimes de violence verbale sont également des parents victimes de violence psychologique. Par conséquent, en établissant vos limites, vous devez vous rappeler qu’il y aura un certain rejet et des réactions indésirables. Malgré ces réponses, respectez vos limites et envoyez systématiquement un message clair sur vos attentes.

Rester ferme dans le respect de vos limites est essentiel pour encourager une relation plus saine avec vos parents et assurer votre bien-être.

5. Limiter les contacts

Si nécessaire, réduisez les contacts ou faites des pauses dans la relation pour vous protéger et protéger votre santé mentale. Cela peut vous donner suffisamment de temps pour comprendre les choses et développer de meilleures solutions.

Bien que limiter les contacts puisse être difficile, cela peut constituer une étape cruciale vers l’auto-préservation, vous donnant l’espace nécessaire pour réfléchir, guérir et envisager d’autres moyens de dialoguer de manière plus constructive avec vos parents.

4 façons de guérir des parents verbalement violents

Guérir des blessures infligées par des parents verbalement violents est un voyage qui demande du temps et des efforts. Vous trouverez ci-dessous quelques stratégies qui peuvent vous aider à apprendre à gérer la violence verbale d’un parent et à entamer le processus de guérison.

1. Reconnaître l’impact de l’abus

Reconnaître les effets blessants des paroles de vos parents et comprendre que ce n’était pas de votre faute est un point de départ important. Cette reconnaissance peut ouvrir la voie à la compréhension que la guérison est nécessaire et méritée.

En acceptant cette vérité, vous commencerez à donner la priorité aux soins personnels et à rechercher du soutien, pour finalement avancer dans votre voyage vers le rétablissement émotionnel et la résilience.

2. Rechercher du soutien

La connexion avec un thérapeute ou un conseiller peut fournir un espace sûr pour déballer les blessures émotionnelles, développer des stratégies d’adaptation et construire une image de soi plus saine. Partager vos expériences et vos émotions avec un professionnel qualifié peut aider à promouvoir la validation et à recadrer les perceptions négatives de soi.

3. Reconstruire votre estime de soi

Restaurer votre estime de soi est au cœur du processus de guérison. Grâce à des affirmations positives, à prendre soin de vous et à nourrir vos talents et vos passions, vous pouvez progressivement remplacer les croyances négatives enracinées par la maltraitance par des croyances plus positives.

Il est également important de développer un solide réseau de soutien composé d’amis, de mentors et de proches qui apportent encouragement et compréhension.

4. Se pardonner

Le pardon de soi est un élément essentiel de la guérison. Reconnaître que les abus n’étaient pas mérités et qu’ils ne définissent pas la valeur d’une personne peut aider à abandonner la culpabilité et l’auto-accusation.

Bien que cela n’excuse pas le comportement abusif, cela peut vous aider, en tant que survivant, à ne plus porter de vêtements inutiles. charges émotionnelles.

Questions fréquemment posées

Abordons maintenant quelques questions courantes concernant la violence verbale, son impact et les aspects psychologiques qui y sont associés. Comprendre ces questions peut mettre en lumière la complexité de la violence verbale et l’importance de faire face à ses conséquences.

  • Est-ce que crier après un enfant est abusif ?

Parfois, élever la voix en signe de frustration ou de colère peut se produire dans le cadre du rôle parental, mais il est essentiel de faire la différence entre les explosions occasionnelles et les cris chroniques.

Crier après un enfant peut être considéré comme de la violence verbale si cela provoque un préjudice émotionnel, érode l’estime de soi et crée un environnement de peur. Une communication efficace et une discipline positive sont des alternatives plus saines.

  • Quelles sont les conséquences de la violence verbale des parents ?

Les conséquences de la violence verbale parentale sur les enfants peuvent inclure une faible estime de soi, une détresse émotionnelle, de l’anxiété, une dépression, des difficultés de communication, des difficultés à nouer des relations et la perpétuation du cycle de violence dans les interactions futures.

Regardez cette vidéo pour comprendre comment la violence psychologique durant l’enfance peut vous affecter à l’âge adulte :

  • Qu’arrive-t-il à votre cerveau lorsque vous êtes victime de violence verbale ?

En cas de violence verbale, le cerveau peut ressentir des réactions de stress accrues. L’amygdale, responsable du traitement des émotions, peut réagir, entraînant de l’anxiété, de la peur et de potentiels effets émotionnels et psychologiques à long terme.

À retenir

Faire face à un parent verbalement violent peut être difficile et frustrant, quel que soit l’âge. Vous pouvez vous sentir esclave ou ne pas être compris et entendu. En tant qu’adulte, cela peut je te suis à travers vie et montrez-le dans vos relations futures avec les autres.

Néanmoins, il existe des moyens de faire face à la violence verbale parentale, notamment en reconnaissant les dommages causés par la violence et en recherchant le soutien nécessaire auprès de thérapeutes et de conseillers professionnels. Ils peuvent fournir des conseils, des stratégies d’adaptation et un espace sûr pour guérir des blessures émotionnelles causées par la violence verbale.

Avatar de Mathias
Laisser un commentaire

cinq × cinq =