comment savoir si on a besoin d'une thérapie de couple pour sortir de la crise dans le couple
Probleme de couple

Thérapie de couple : bonne ou mauvaise idée ?

Faire ou ne pas faire de thérapie de couple. Vaste question ! Quand notre couple va mal, on a souvent l’impression de s’enfoncer dans des sables mouvants, chaque mouvement nous entrainant encore plus au fond, comme s’il n’y avait aucune issue. Chaque partenaire tente alors de faire porter la responsabilité de l‘échec de la relation à l’autre et chacun cherche à avoir raison. On finit par ne voir que les défauts de son partenaire, mettant ainsi de côté tout ce qui pourrait être positif, et les disputes fusent.

Le seul moyen de sortir de ce cercle vicieux et de mettre un terme à cette situation est souvent d’introduire une troisième personne, quelqu’un de neutre qui pourra avoir un regard objectif sur la situation, comme un thérapeute. Cette personne pourra alors guider les deux partenaires vers un nouvel équilibre s’appuyant sur de nouvelles règles.

1. Réapprendre à s’écouter et à se parler

La thérapie de couple amène à voir son partenaire sous un autre angle, même si la relation est installée depuis longtemps. En effet, le lieu de la thérapie amène l’un et l’autre à se dire des choses qui n’avaient jamais pu être dites auparavant ou à les dire d’une façon plus intime. On peut également profiter de ce moment pour exprimer des désirs jamais évoqués jusqu’ici et pour mieux comprendre les attentes de l’autre. On réapprend à se parler et à s’écouter vraiment et pas d’une oreille distraite.

Par exemple, une femme avouera à son partenaire que si elle lui reproche tout le temps de sortir avec ses copains le weekend, ce n’est pas parce qu’elle ne veut pas qu’il voit ses amis, c’est tout simplement parce qu’elle a besoin d’attention et qu’elle ne se sent plus regardée. Lui avouera que s’il ne parle jamais de ce qu’il vit à son travail, ce n’est pas parce qu’il ne veut rien partager avec sa femme mais c’est parce qu’il veut la préserver et ne pas l’inquiéter.

2. Se mettre à la place de l’autre

Le thérapeute facilite le dialogue et permet aux deux partenaires de confronter leurs attentes, leurs désirs et leurs rancœurs, ceci dans le but de mieux se comprendre. Les jeux de rôle sont parfois utilisés pour rejouer certaines scènes du quotidien. Par exemple, une scène de dispute ayant vraiment eu lieu est jouée devant le thérapeute, d’abord exactement comme elle se déroule à la maison puis en échangeant les places, chacun jouant le rôle de l’autre afin de mieux comprendre ce qu’il vit.

Ainsi, plus on se met à la place de son conjoint, plus on prend de recul sur soi-même et des éléments importants peuvent émerger. Par exemple, une femme peut se rendre compte qu’ayant eu un père autoritaire elle a choisi un mari à l’opposé de ce dernier, mais qu’elle attend inconsciemment de lui qu’il soit comme son père. En effet, le choix du partenaire est lié à notre histoire personnelle. Nous choisissons quelqu’un qui, dans notre fantasme, pourra combler nos manques infantiles mais ce n’est qu’un fantasme !

3. Réussir sa thérapie de couple

Paradoxalement, une thérapie de couple réussie n’est pas forcément celle qui mène les partenaires à un nouveau départ dans une vie de couple épanouie. La thérapie permet au couple de faire une véritable mise à jour de la vie à deux. Ainsi, il arrive parfois que l’issue de la thérapie permette aux deux conjoints de se rendre compte que leur relation ne peut plus continuer et qu’il vaut mieux qu’ils se séparent. Par exemple, deux personnes ensemble depuis plus de vingt ans consultent au moment du départ de leurs enfants du cocon familial, tous les deux appréhendant de se retrouver à nouveau en tête à tête.

Ils entreprennent une thérapie de couple afin de réapprendre à vivre ensemble et à se redécouvrir mutuellement en tant qu’individus. Petit à petit, ils s’aperçoivent qu’ils se sont en fait tellement éloignés pendant toutes ces années, qu’ils ne sont plus sur le même chemin mais sur deux chemins parallèles. Ainsi la thérapie leur a permis de se parler et de comprendre que leur histoire était finie, dans un climat serein, sans se déchirer et rejeter la faute sur l’autre. Ils ont ainsi pu faire le deuil de leur vie commune et rester en bons termes pour leurs enfants.

La limite de la thérapie de couple réside dans le fait qu’il faut être deux à s’y investir et avoir l’envie mutuelle de redonner un nouveau souffle à la relation. Si l’un des deux partenaires refuse de jouer le jeu car il n’a pas le désir de sauver la relation ou qu’il ne peut pas à causes de blessures personnelles trop douloureuses, la thérapie ne pourra pas fonctionner.

Et vous, quel regard portez-vous sur la thérapie de couple ?

Photo by Ryan McGuire

Previous Post Next Post

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply Taha at

    Article intéressant, j’aimerais peux-être devenir thérapeute conjugal car je me lance dans des études de psychologie bientôt !
    En tout cas, comme tu l’as dis, la base c’est le DIALOGUE et une personne extérieure pourra aider à déboucher sur un dialogue plus constructif. Le plus dur dans un couple à mon avis, est de mettre son ego de côté, cette petite voix qui nous poussent à « Vouloir avoir raison » au détriment d’un dialogue et d’une vie de couple harmonieuse.
    Cela n’empêche pas de communiquer son mécontentement et d’en discuter pour trouver une solution constructive. C’est cela le but final à atteindre.

    • Reply Aurélie at

      Merci Taha 😉
      En effet, mettre son ego de côté au profit de la relation n’est pas toujours évident!
      Très bon choix d’études 😉
      A bientôt !

    Leave a Reply

     Vous voulez être plus épanoui dans votre couple ? Recevez notre guide gratuit

    x