avez-vous des chasses gardées dans votre couple ?
Vie de couple

Faites-vous partie des couples qui ont des « chasses gardées » ?

Dans la plupart des couples, on constate que chacun des partenaires se réserve une ou plusieurs activités qu’il exerce davantage que l’autre au quotidien. La cuisine, le ménage, les lessives, la décoration de la maison sont souvent les chasses gardées de la femme tandis que l’homme choisit souvent le bricolage, la conduite en voiture, la mécanique ou encore la tonte du gazon. Bien entendu, ce sont juste des tendances. Tous les couples sont différents mais une grande majorité de couples se retrouve assez largement dans cette répartition des activités.

Tout cela ne se fait pas consciemment. Souvent cela se met en place de manière inconsciente et progressive au cours de la vie de couple. Mais est-ce vraiment une bonne chose que chaque membre du couple se cantonne à ses chasses gardées, quitte à ne pas laisser l’autre y faire quelques incursions de temps à autre. C’est ce que nous allons voir maintenant.

1. Nous avons tous besoin de nous sentir valorisés

Pour être heureux, nous avons tous besoin de reconnaissance de la part des autres. Quand on manque de confiance en soi, on a tendance à rechercher de la reconnaissance de la part de tout le monde. A l’inverse, une personne ayant une bonne confiance en soi va aussi rechercher la reconnaissance auprès des autres mais dans une moindre mesure et principalement auprès des personnes qu’elle estime. C’est comme cela, nous sommes des animaux sociaux, nous avons besoin d’être en intéraction avec les autres et donc la reconnaissance de nos proches est importante pour notre bonheur. Donc au fond, quoi de plus normal que de se diriger vers les activités que nous maitrisons le mieux pour être valorisés par notre partenaire, nos enfants, notre famille ou encore nos amis. C’est pour ainsi dire la voie la plus facile 🙂

2. Attention toutefois aux risques des chasses gardées !

Pour illustrer cela, je vais vous raconter l’histoire d’une amie qui s’appelle Justine et qui me racontait il y a quelques temps que c’était toujours son conjoint Ludovic qui conduisait lors de leurs trajets en voiture. Ils n’avaient qu’une voiture pour deux et Ludovic n’aimait pas trop qu’elle conduise car il n’aimait pas qu’elle modifie ses réglages, ce qui était inévitable vu qu’elle mesurait 30 cm de moins que lui. A l’époque, cela arrangeait bien Justine car ils habitaient en ville et elle avait très peur de conduire en ville. Mais à chaque fois qu’elle souhaitait se déplacer hors de la ville ou pour faire les courses, elle devait voir avec lui s’il était disponible pour la véhiculer. Cette situation n’était pas sans créer des tensions car Ludovic n’avait pas toujours envie de sortir au moment où elle lui demandait. Elle se sentait donc prisonnière de cette situation, sans compter qu’à force de ne pas conduire elle avait perdu confiance en sa capacité à conduire en ville. Cette dépendance vis-à-vis de Ludovic la mettait en colère. De son côté, Ludovic ne vivait pas non plus très bien la situation car il ressentait une pression à satisfaire les besoins de Justine.

En résumé, comment ça se passe ? J’ai besoin de reconnaissance donc je fais une activité que je maîtrise. C’est valable aussi pour une activité où j’ai besoin que les choses soient faites à ma manière. Je vais m’accaparer cette activité en faisant par exemple des petits reproches à l’autre qui va alors se décourager et ne plus empiéter sur mes plates-bandes. En général, à force de répéter cette activité, je la fais de mieux en mieux et obtiens des compliments de la part de mes proches et cela me remplit de joie. Mais le hic, comme vous avez pu le remarquer dans l’exemple de Justine et Ludovic, réside dans le fait de dépendre complètement de l’autre. Cela génère souvent des frustrations, du stress voire de la colère de part et d’autre. Toutes ces chasses gardées sont ainsi souvent à l’origine de tensions voire de disputes dans le couple.

3. Tout est une question de dosage

Vous l’aurez compris, le problème des chasses gardées est souvent lié à une trop grande dépendance vis-à-vis de l’autre. Pour être heureux en couple, l’idéal est que chaque membre du couple soit aussi autonome que possible pour toutes les activités récurrentes. A la maison, Aurélie cuisine davantage que moi. Mais si un jour j’ai faim avant l’heure habituelle du repas, je peux me faire à manger sans problème. Pour la voiture, c’est moi qui conduit le plus souvent mais Aurélie conduit aussi de temps en temps quand je me sens fatigué. Et bien entendu, nous nous remercions mutuellement après chacune de ces activités. C’est important de se sentir valorisés pour chacun des efforts que nous faisons au sein du couple. C’est la dépendance qui donne le sentiment d’être prisonnier d’une situation et occasionne de la colère chez la personne dépendante.

Chaque fois que vous le pouvez, apprenez à votre partenaire comment réaliser cette activité que vous maîtrisez. Bien entendu, cela n’est possible que si vous estimez que vous ne vous résumez pas qu’à vos compétences. Vous devez avoir suffisamment confiance en vous et savoir que vous êtes aimable, même sans ce savoir-faire. Malheureusement, beaucoup de gens cherchent, consciemment ou non, à rendre leur partenaire dépendant d’eux afin d’avoir la garantie qu’il ne les quittera jamais. Ceci est souvent lié à un manque d’estime de soi et de confiance en soi. Le bonheur du couple se trouve pourtant dans la liberté du choix. Etre libre de laisser l’autre faire l’activité ou être capable de la réaliser soi-même si besoin. On en revient toujours au fait qu’être avec l’autre ne doit jamais être une nécessité mais un choix.

Et vous, dites-nous dans les commentaires qui fait quoi à la maison ? 🙂

Photo by Jan Vašek

Previous Post Next Post

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply

 Vous voulez être plus épanoui dans votre couple ? Recevez notre guide gratuit

x